Bercer la nuit

Je cueille tes mots dans ma main,
les regardant comme s’ils
étaient les miens.

Je saisis de l’autre tes peines
et tes peurs,
que je berce sans bruit.

Je les place sur mon cœur,
c’est là qu’ils seront bien,
tandis que s’entremêlent
le jour et la nuit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s