À l’enfant qui ne naîtra pas

À toi l’enfant, qui jamais ne naîtra
et qui sans y paraître
en quelques battements
s’est lié à mon être.
Toi qui déjà
caressait de ta vie
mon ventre,
jusqu’alors endormi.

À toi l’enfant, qui jamais ne naîtra
comme m’importait peu de savoir
si tu pouvais déjà m’entendre
ou même simplement exister
pour pouvoir déjà t’aimer.
Comment si petit toi,
insignifiant aux yeux du monde entier
as tu pris tout cet espace?
Toi qui n’était rien
et pourtant déjà tout.
Te sachant, c’est moi qui, soudain,
ait été transformée
ébahie face aux bouleversements que tu as engendrés.

À toi l’enfant, qui jamais ne naîtra
baigné dans la nuit qui fut tienne
et la promesse déchue d’un ciel
bleu qui ne viendra pas,
que cette nuit soit douce et t’accompagne,
que les instants donnés
restent nôtres, restent là.

À l’enfant qui jamais ne naîtra,
je dis merci,
à toi, qui m’a fait don d’humilité
de joie et tristesse mêlées
cadeau le plus intense
qu’on ait pu me donner.
Je souhaite du fond de moi que ce modeste adieu puisse compter
à présent que je dois
te laisser t’en aller.