Le temps

Pas le temps pour penser.
On se doit de rester occupé.e.s.
L’horloge tourne,
imprimant la cadence,
la roue ne doit pas ralentir
car on sait bien au fond,
qu’elle pourrait s’arrêter.

Pas le temps pour penser.
Continuer en virevoltant
à manoeuvrer
d’écrans à écrans
et d’années en années.
Les images défilant
emplissant notre esprit
et étouffant ainsi,
le sursaut potentiel,
le cri qui nous délie.

Pas le temps pour rêver
ou bien des rêves à consommer.
Occupez moi ce temps
que l’on ne saurait voir,
celui des fainéants,
le temps libre et trop vide
qui saurait se remplir
de rêves et d’espoirs.
En nous plaçant devant l’écran,
la chaise creuse qui attend,
en faisant monter les aiguilles
de l’efficacité productive,
le tout, avec rigueur et dévouement.

Pas le temps pour exister.
Education, santé, humanité
et environnement,
tout doit avoir un coût
et être soupesé.

Pas le temps pour penser
au temps accaparé
par de vains bénéfices,
fantasques et fantômes
qui nous glissent des mains.